Sauvegarde et promotion du patrimoine paysager et de la culture viticole de la Côte Vermeille

La viticulture

VITICULTURE CÔTE VERMEILLE - ETAT DES LIEUX

  • 3 AOC/AOP : Banyuls, Banyuls grand cru, Collioure
  • 1 IGP : Côte Vermeille (3 couleurs en vin sec plus le rancio sec et le vin de raisins sur-muris)
  • Surface déclarée : 1 350 hectares de vignes
  • 650 coopérateurs pour 3 caves coopératives
  • 35 caves particulières
  • 8 caves particulières sans adhésions aux signes de qualité
  • Production totale : 36 000 hectolitres (3 millions de bouteilles) :
  • Banyuls : 13 500 hl dont 1090 hl de Banyuls Grand Cru/Collioure : 12 000 hl/IGP 580 hl

Vents, température, hygrométrie :
Vents violents irréguliers :

  • 90/100 jours de Tramontane (vent du Nord) 
  • 40/60 jours de vents d’espagne (Sud-Ouest)
  • 30/40 jours de marinade (vent de la mer)
  • 10/20 jours de vent d’équinoxe (levant)

Températures parmi les plus élevées de l’hexagone
3 facteurs : vent, hygrométrie, température donnent un climat doux et sec : raisins sains et riche en sucre

Terroir le plus méridional de France
Ce petit terroir, qui est le plus méridional de France, bénéficie d’un ensoleillement exceptionnel de 2 600 h par an. Le sol schisteux réverbère les rayons solaires créant un double murissement.
Ce terroir est perpétuellement venté soit par la marinade soit par la tramontane ce qui assainit les récoltes (évite la moisissure et les maladies, peu de traitements …)
Ici, point de machines, point de tracteurs, le travail de la vigne ne peut se faire qu’à la main.

Originalité de la viticulture catalane, le vignoble du Banyuls est un minuscule territoire des Pyrénées-Orientales, une enclave perchée et tournée vers la mer et le soleil. Les différents terroirs qui le composent ont été peu étudiés dans le passé, et jamais, à travers les sols viticoles aux allures monotones mais finalement si divers dans le détail.
Le problème aurait moins d’intérêt si ce vignoble était banal : mais il se trouve qu’il est un remarquable ouvrage et paysage crée par l’homme depuis des siècles ; qu’il est juché sur des versants et ravins encaissés ou suspendus, soutenus par des banquettes et murettes d’une efficacité et beauté peu communes.

Ce vignoble est un défi à la nature, et pour conserver les qualités de ses sols, l’homme est enchaîné à un travail perpétuel d’entretien et de labeur.
La marque de l’homme est ici peut-être plus forte qu’ailleurs. Le vignoble avec l’aide de l’homme s’est emparé du relief et l’a modelé à sa façon, nous laissant devant un paysage de coteaux, établi sur des pentes pouvant être très fortes. 
(Laurent Brives, 1988 - Recherche sur les terroirs viticoles du cru Banyuls, Université Toulouse Le Mirail.)

VINS: LES SIGNES DE QUALITE